FAM

Covid-19 : Evaluation des activités de la Campagne de sensibilisation menée dans la Commune de Barumbu Kinshasa

L’heure est à l’évaluation par rapport à l’exécution du Projet « Appui à l’Empowerment des Communautés pour lutter contre le Corona Virus à Kinshasa », appuyé par les bailleurs de fonds Catalans. C’est dans ce cadre que les Dynamiques des Jeunes(DDJ), des Femmes(DDF) et des Professionnel de santé(DPS) d’Etoile du Sud se sont retrouvés  à l’Ecole Primaire Gama 5 dans la Commune de Barumbu.

Les membres des Dynamiques précitées, les    Responsables du Comité de santé populaire(CSP) de Barumbu, les Responsables des points focaux dans 8 quartiers où la Campagne a été menée, les femmes leaders, les autorités locales et les leaders locaux ont tous brossé le déroulement de la campagne sur base de l’Analyse SWOT. Ils ont ainsi passé en revue les points forts, les points faibles, les opportunités et les éventuels menaces.

Globalement, la Campagne s’est bien déroulée dans le sens où on a vu une forte implication des responsables des structures participatives à la base, notamment : les militants du Droit à la santé en pieds nus, les responsables des structures participatives, les autorités locales, les femmes leaders et les leaders communautaires locaux. L’immense majorité qui doutait de l’existence de la pandémie de Covid-19 a finalement été convaincue grâce à cette forte implication.

Au niveau des points faibles, l’on a noté que tous les sensibilisateurs engagés sur le terrain dans la campagne n’arrivaient pas à répondre à tous les besoins de personnes sensibilisées, en l’occurrence : les masques, les solutions hydro- alcooliques, les lave-mains, des savons liquides… Néanmoins la Commune de Barumbu qui était parmi les plus touchées a été, grâce à la campagne, épargnée du pire. Les populations ont fini par intégrer les gestes barrières comme mode de vie.

Par opportunités de poursuivre le travail. C’est l’aspect du vaccin et les différents plaidoyers. En effet, la prise en charge de la pandémie est actuellement difficile pour le Gouvernement congolais. C’est depuis le 10 juillet, que la campagne de vaccination a été interrompue, car 24 % de doses du vaccin Astra Zenecca sont arrivés à leur date de péremption. En plus,  il y a des mouvements de grèves et des médecins et des infirmiers dans les hôpitaux. Ce qui fait que beaucoup de malades sont délaissé à leur triste sort, surtout que l’Equipe de la riposte contre la Covid-19 est aussi en grève. Voilà autant de défis du système de santé congolais visiblement défaillant. Une opportunité pour qu’EDS accentue des plaidoyers quant à ce.

S’agissant des menaces, les participants ont noté qu’il y a encore de poches de résistance, surtout par rapport au vaccin et la campagne de vaccination alors que la pandémie est là quand bien même le nombre de cas commence à baisse à Kinshasa. Et que si on lâchait prise, on risquerait d’assister encore à la flambée de nouveaux cas.

Avant la fin de l’activité, l’intervention du Docteur Jean Bosco Mbongu de la DPS s’est appesantie sur l’évolution et l’état de lieu de la pandémie de Covid-19 en RDC. Il en a appelé à plus d’ardeur dans le travail à mener afin qu’EDS garde toujours le cap de la surveillance à assise communautaire par la  sensibilisation à grande échelle au sein de la communauté.

Il est de la plus grande importance de souligner que  ce travail été rendu  possible grâce aux  efforts conjugués de de toutes les parties prenantes (groupes d’action d’EDS), du partenariat stratégique avec Viva Salud(Belgique) et l’Association Catalane pour la paix ( ACPAU) ;  et  du  soutien financier des bailleurs de fonds Catalans, notamment : le Fonds Catalan pour Coopération et le Développement, et la Mairie de Terrasa (Catalogne).

La Rédaction

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *