Environnement : bientôt le lancement des actions du Mondas contre le déboisement au cimetière ITG de Goma

Le Mouvement national du Droit à la santé (Mondas) en RDC désapprouve avec et condamne avec la dernière énergie le déboisement du cimetière ITG au quartier Kahembe (Commune de Karisimbi) en ville de Goma au Nord-Kivu. Alertée par ses Comités de santé populaires(CSP) de la ville de Goma et ses Organisations partenaires dont FUDEI, EDS a aussitôt pris l’initiative d’informer les autorités et faire le constat avec la Société Civile. D’où l’appel à la réunion d’urgence a été lancé.

Au vue de la gravité de la situation, les Organisations EDS (Etoile du Sud), FUDEI, la Société Civile, CPDA, les Députés Provinciaux et D.H.E se sont réunis en concertation aujourd’hui 17 juin courant au Bureau d’EDS pour prendre des dispositions en réaction à au déboisement dudit cimetière, à la profanation des tombes et leur impact environnemental et social.  

« Nous ne saurions être indifférents face à  l’abattage désordonné des arbres, les profanations des tombes et la dégradation du cimetière ITG. Et nous les Organisations de la société civile  membres du MONDAS venons d’évaluer les dégâts. C’est inacceptable et nous allons mener  des actions à la hauteur  de nos moyens et de nos possibilités pour dissuader ceux qui s’adonnent à des telles activités antisociales, contre l’environnement et qui heurtent les consciences », a déclaré Kasai Tim d’EDS.  

Il est de plus grande importance de savoir qu’en 2013,  les membres d’EDS, de ses CSP et de ses  Organisations partenaires et membres du Mondas s’étaient mobilisés pour aménager le site du cimetière ITG alors qu’il était menacé par une géante décharge publique d’une hauteur de 6 mètres et large de 10 mètres.

Ils avaient dégagés toute la montagne de poubelle pour y planter des arbres afin de garantir  un climat environnemental sain et prévenir les maladies aux populations riveraines. Ces dernières comptent sur le plaidoyer du MONDAS pour qu’elles obtiennent gain de cause auprès des autorités.  

La Rédaction

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *