Plaidoyer

Kinshasa : les Organisations EDS, CODIC, GDR et PUS plaident en faveur de la femme et la population face au Covid-19

En toute synergie, les Organisations Etoile du Sud(EDS), Collectif de développement intégré au Congo(CODIC), les 8 Groupes de réflexion (DGR) et la Plate-forme des usagers(PUS) de la Commune de Kintambo ont mené ce vendredi 26 juin courant le plaidoyer axé sur la femme et la population face au Corona virus (Covid-19).

Ce plaidoyer a connu plusieurs étapes. La marche est partie de l’avenue Lusambo jusqu’à la Maison Communale de Kintambo sur fond de conscientisation et de sensibilisation sur le danger de la Covid-19 pour ne pas tremper dans le relâchement par rapport au respect des mesures barrières.  

Le cahier des charges et les Termes de références(TDR) du plaidoyer, dûment signés par  les Organisateurs, ont été déposés à l’autorité Communale après un entretien fructueux avec la délégation de ces Organisations partenaires autour du mobile de ce plaidoyer.  

De la Maison Communale de Kintambo, la parche s’est poursuivie pour chuter au Bureau Central(BCZS) de la Zone de santé de Kintambo en longeant l’avenue Bangala et la maternité de Kintambo. Le même exercice à la commune a été refait au BCZS.

S’adressant à l’autorité Communale et au représentant du Médecin chef de Zone, Sylvie Luzala, Présidente du Comité national de gestion d’EDS, a brossé la quintessence des TDR et du cahier des charges du plaidoyer : « au-delà de toutes les mesures de restriction et de confinement, la femme congolaise reste la plus exposée à la pandémie du Covid-19. C’est elle qui porte pratiquement  le poids de la famille et continue son commerce informel malgré les risques. En tant que ménagère, c’est elle qui se taille en quatre pour mener des  courses de la famille dans le marché où la promiscuité règne et/où la distanciation sociale ne peut être mieux observée.

C’est toujours la femme qui prend soin des enfants,  du mari et des autres membres de la famille ; et par conséquent, elle demeure la personne la moins informée sur la maladie soit parce qu’elle n’a pas le temps suffisant de suivre les informations, soit parce qu’elle n’est pas suffisamment instruite.

Partant de ce contexte, les  Organisations précitées font des sensibilisations de « porte à porte » pour instruire nos populations en vue de leur prise en charge en mettant un accent particulier sur la femme parce qu’elle peut servir de barrière pour sa famille et pour sa communauté, tout comme elle peut être la porte d’entrée de cette pandémie dans la famille, pourquoi pas dans sa communauté.

Raison pour laquelle, il est de la plus grande importance d’améliorer le système de communication sur la pandémie de Covid-1 ; impliquer la femme dans les actions de sensibilisation pour une meilleure information et une bonne restitution en famille ; plaider contre la désintoxication et  la désinformation dont font montre certaines personnalités influentes et quelques  canaux de communication.

Dans la ville province de Kinshasa, l’activité se concentre sur la Commune de Kintambo qui se trouve parmi les communes les plus touchées, mais également dans d’autres Communes les groupes cibles d’EDS sont actif.   Mais également et instantanément dans les provinces où EDS  est représentée. »

Elle a poursuivi en relevant les problèmes majeurs et récurrents que les sensibilisateurs  rencontrent sur le terrain, entre autres :

  • Certains ménages et  une frange de la population refusent d’être sensibilisés au motif que la Covid-19 n’existe pas  parce qu’ils ne voient ni malades ni ceux qui sont morts de cette maladie.
  • Les formalités administratives ne facilitent pas  la tâche aux sensibilisateurs de   réaliser nos activités dans le temps précis.
  • La manipulation de l’opinion publique est à la base de la résistance à la sensibilisation, voire à certaines attaques à l’endroit des équipes de la riposte telle que cela est parfois rapporté dans le Bulletin du Secrétariat technique de l’équipe de riposte contre la Covid-19.
  • Les sensibilisateurs ont fustigé la communication du député national Léon Nemba Lemba et sa Chaîne Molière TV qui, pour des motifs inavoués,  s’illustrent dans les intox allant jusqu’à radicaliser certains quartiers. 
  • Les conditions socio-économiques précaires prédisposent certains à ne pas être accueillants, courtois, favorables au message, et ils se réservent d’observer les mesures barrières ;
  • La communication de l’équipe de riposte n’est pas adaptée aux masses pour bien véhiculer le message adéquat ;
  • Il n’y a pas la politique de la détection et de la gestion des rumeurs.
  • L’immense majorité de la population congolaise n’a pas accès aux services sociaux de base. Et le Confinement, à cause du Covid-19, est venu accentuer la gravité de la situation socio-économique de la population. « Comment demander que nous respections les mesures barrières alors que nous sommes dépourvus de presque tout en cette période », disent-ils. Dans le quartier les plus vulnérables comme Lubudi-Luka, les besoins sont énormes.

D’où, partant des problèmes et des besoins exprimés à la base, les recommandations adressées à l’autorité,  formulées comme suit :

  • Soutenir et favoriser l’implication de la femme et de l’homme dans la lutte contre le Covid-19 ;
  • D’intensifier les mesures d’accompagnement à une grande échelle et de rendre les services sociaux de base accessibles à tous ;
  • De doter les populations les plus vulnérables des  masques, des savons, des gels ou solutions hydro-alcooliques pour se protéger ;
  • De rendre l’eau potable accessible à tous afin de se laver régulièrement les mains et et s’en servir  pour des besoins vitaux et non vitaux ;
  • De désinfecter les maisons ou les quartiers avec des produits qui puissent éliminer le virus de Covid-19  et d’autres organismes ;
  • D’assurer la prise en charge des malades souffrants des maladies chroniques et saisonnières. Car à cause des antécédents, ceux-ci seront exposés à tous les dangers dus au Covid-19.
  • D’instruire  le Comité de riposte pour qu’il améliore sa communication sur le Corona virus en l’adaptant aux masses populaires;
  • De dénoncer les personnalités et les médias qui véhiculent les intox; 
  • D’instruire le Comité de riposte afin qu’il adopte des stratégies d’investigation et de gestion des rumeurs;
  • D’instruire le  Comité de riposte pour l’application systématique des trois T (tracer, tester et traiter les cas). Et que la démarche du travail de prise en charge à grande échelle et le test des masses et la décentralisation des services soient effectifs afin de riposter efficacement contre le Covid-19. 
  • Que les sensibilisateurs et  les acteurs soient renforcés en matière de communication interpersonnelle ;
  • Que l’Etat congolais étende les mesures d’accompagnement, surtout aux femmes et aux populations les plus vulnérables ;
  • Faire en sorte la RTNC, la chaîne nationale,  communique suffisamment sur la pandémie de Covid-19 dans avec  langage compréhensible  à tous.

L’activité a pris fin sur une note de satisfaction des organisateurs qui ne ménagent aucun effort pour  bouter dehors la Covid-19, cette  pandémie qui ébranle le monde entier.

Roger Manzekele

Partagez

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *