08 mars 2017, Sensibilisation sur le Genre à Kinshasa : l’ONG EDS cible les élèves et leurs enseignants

Le Genre a toujours été au cœur de la Journée internationale de la femme. En célébration de cette journée, l’ONG Etoile du Sud(EDS) n’a pas dérogé à la tradition par des actions de sensibilisation sur le Genre. C’est dans ce cadre que certaines équipes des Dynamiques des femmes(DDF) et des Jeunes(DDJ) ont jugé utile de monter au créneau en ce 08 mars 2017 à l’Ecole primaire Saint-Esprit dans la Commune de Barumbu. L’objectif de miser sur les enfants de l’école et leurs enseignants comme groupe cible se traduit par un choix bien orienté si bien qu’il offre deux avantages majeurs : en premier lieu, il s’agit d’un groupe bien structuré, en second lieu, la plus part des enfants ont des mœurs moins corrompus.

L’activité a commencé par la sensibilisation dans les rues du quartier pour aboutir au chant de l’hymne national (le Debout congolais) en passant par la vulgarisation du Mouvement National du Droit à la santé(Mondas), le recrutement et la signature de la Charte, des scénettes des élèves constituant le Comité de Santé Scolaire( CSS) sur l’égalité entre Homme et Femme, les échanges participatifs et interactifs sur le Genre, le lancement des « Villages-Genre », le recueillement des avis des participants, la réorientation des attitudes des participants dans l’entendement et la pratique du Genre à l’école en famille et au quotidien.

Notons que dans la construction du Mouvement National du Droit à la santé (2014-2016), le Genre était considéré comme un thème transversal. Au cours du nouveau Programme quinquennal (2017-2018), lequel Programme va permettre la consolidation du Mondas à travers la RDC, le Genre est un déterminant social de la santé à part entière.

Ceci coïncide d’ailleurs avec le Projet spécifique Genre intitulé : « Empowerment des Femmes et des Filles pour leur Droit à la santé(DAS) » soutenu par l’agence Catalan au Développement à travers les ONG « Associacio Catalana per la Pau » et la Médecine pour le tiers monde.

En RDC, la notion du Genre est souvent limitée à la sensibilisation des femmes pour leur émancipation sans tenir compte de leur participation communautaire pour un développement durable. Ainsi, l’apport de la femme est relégué au rebut quant à ce qui concerne le développement communautaire axé sur la lutte contre les inégalités et injustices sociales, leitmotiv du DAS. L’EDS, dans sa philosophie plaide pour un genre englobant, où l’homme et la femme, ensemble, deviennent acteurs au même pied d’égalité afin de d’éradiquer les inégalités et les injustices sociales. Simplement parce le Genre est naturellement masculin et féminin.

Face à ce qui précède, il est de la plus grande importance que ces valeurs soient inculquées aux enfants dès le bas âge. C’est pourquoi, l’équipe des sensibilisateurs dirigée par Mireille Nzuzi et Roger Manzekele, respectivement Présidente de la Dynamique des enfants(DDE) et membre de la DDJ ont usé de la technique expo-interrogative pour en s’adressant aux participants (un échange participatif de questions et réponses). Il en est ressorti que les inégalités, les injustices et les discriminations sont plus en défaveur de la femme(ou enfant fille) surtout à la maison ou en famille. Tandis que les hommes ou les garçons bénéficient des privilèges liés à la scolarité et à l’exemption dans l’exécution des travaux domestiques, les femmes ou les filles sont moins scolarisées et travaillent plus que leurs pairs. Comme il ne doit plus en être ainsi les animateurs de l’EDS n’ont eu d’autre choix que de recadrer les choses.

Chemin faisant, il a été lancée l’activité d’implantation des « Villages-Genre », qui consiste à commencer à vivre ce « Genre révolutionnaire » en famille où Papa, Maman et les  Enfants partageront dorénavant les mêmes valeurs positives du Genre au quotidien par une participation égale, équitable et équilibrée. De la famille, ces mêmes valeurs doivent gagner l’environnement immédiat avant de gagner l’environnement lointain ou dans toute la société à grande échelle. La société congolaise ne peut espérer aboutir au changement significatif matière sensibilisation sur du Genre qu’en respectant cette montée pyramidale de la base au sommet.

In fine, les acteurs (animateurs), les superviseurs (membres du Conseil d’administration de l’EDS), les participants (élèves et enseignants), les invités (presse) et le coordinateur du projet, se sont séparés sur une note de satisfaction de la réussite de l’activité. Les dirigeants de l’école ont vivement remercié l’EDS non seulement pour avoir choisi à célébrer la journée du 08 mars dans leur école, mais également pour avoir implanté un Comité de Santé Scolaire au sein de leur école pour la vulgarisation du DAS afin que leur école participe également à la promotion du Genre et à la Consolidation du Mondas en RDC.

Archange Kiwete

Partagez

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *